Health

Le point sur la vaccination de l’enfant voyageur e…

Le point sur la vaccination de l’enfant voyageur e…

Cette nouvelle a pour objectif d’expliciter la conduite à tenir en termes de vaccinations chez « l’enfant voyageur ». Elle est destinée en premier lieu aux professionnels de santé, mais peut être consultée par le grand public qui y trouvera un certain nombre d’informations pratiques.

Tout « enfant voyageur » devrait bénéficier d’une consultation médicale qui sera l’occasion d’établir un programme de vaccination individualisé en tenant compte de nombreux éléments et plus particulièrement :

  • Des risques encourus qui dépendront du contexte épidémiologique en particulier local, de la situation sanitaire et du niveau d’hygiène de la zone visitée, de la typologie du séjour (durée, type d’hébergement, encadrement …), du contexte individuel (âge, antécédents, statut vaccinal…) ;
  • D’une éventuelle obligation administrative relevant du Règlement sanitaire international (fièvre jaune, poliomyélite) ou d’une exigence particulière de certains pays.

L’absence de certains vaccins pourra aboutir à une contre-indication médicale du voyage. La mise en condition vaccinale est donc à débuter si possible 2 mois avant le départ pour programmer les vaccinations. En effet, outre des délais de rendez-vous parfois longs [vaccination contre la fièvre jaune ou la tuberculose (BCG)], les schémas de primovaccination peuvent comporter plusieurs injections devant être terminées 10 à 15 jours avant le départ.

Rappelons enfin que si les vaccins du calendrier des vaccinations, y compris administrés dans les centres de vaccinations internationales, sont pris en charge par l’assurance maladie pour la part obligatoire, ce n’est pas le cas des autres vaccins indiqués chez l’enfant voyageur.

Cette nouvelle aborde la conduite à tenir en cas de départ planifié ou non (départ dans un délai inférieur à 1 mois) et rappelle les principes à respecter face à l’enfant immunodéprimé ou présentant une pathologie chronique. Les indications des « vaccins du voyage » seront détaillées ainsi que les contre-indications spécifiques à chaque vaccin sachant que dans tous les cas la vaccination sera contre-indiquée en cas d’hypersensibilité connue à la substance active du vaccin utilisé, à l’un des excipients ou aux résidus de production du vaccin, ou en cas d’hypersensibilité à la suite d’une injection antérieure du même vaccin.

1. DÉPART ORGANISÉ

1.1. Les vaccins du calendrier vaccinal français 

1.1.1. Les vaccins relevant de recommandations générales 

Treize vaccins relèvent de recommandations générales.

Onze d’entre eux sont obligatoires (diphtérie (D), tétanos (T), coqueluche (C), poliomyélite (P), hépatite B, méningite C, pneumocoque, rougeole, oreillons, rubéole) pour tout enfant né après le 1er janvier 2018. Ils doivent être pratiqués, sauf contre-indication médicale reconnue, dans les 18 premiers mois de l’enfant. Un rappel vaccinal DTCP est indiqué à 6 ans et entre 11 et 13 ans.

La vaccination contre la méningite B est recommandée avant l’âge de 2 ans, et la vaccination contre les infections à papillomavirus est recommandée entre 11 à 14 ans révolus chez toutes les filles et tous les garçons.

La consultation avant le départ est l’occasion de s’assurer que l’enfant voyageur est à jour vis-à-vis des vaccinations sus citées. Dans le cas contraire un rattrapage vaccinal sera initié en accord avec les règles détaillées dans le « Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales » de l’année en cours. 

Quelques points sont à préciser :

– Vaccination contre la rougeole

Le risque de survenue d’épidémies de rougeole reste élevé dans un très grand nombre de pays dans le monde. En cas de séjour dans une zone de forte endémicité :

– Vaccination contre l’hépatite B

La vaccination est recommandée pour des séjours fréquents ou prolongés dans les pays à forte (Afrique subsaharienne, Asie) ou moyenne prévalence (Départements et régions d’outre-mer, Collectivités d’outre-mer, Europe de l’Est et du Sud, Afrique du Nord, Moyen-Orient, sous-continent indien et Amérique du Sud) du portage chronique du virus de l’hépatite B.

  • Le vaccin contre l’hépatite B peut être administré dès la naissance en cas de séjour prévu dans un pays de forte ou de moyenne prévalence du portage chronique du virus (une dose à la naissance, puis à 1 et 6 mois) avec un vaccin monovalent. Un contrôle sérologique à la recherche de l’antigène HBs et un titrage des anticorps anti-HBs, est préconisé à partir de l’âge de 9 mois chez les enfants nés de mères porteuses de l’AgHBS (si possible un à quatre mois après la dernière dose vaccinale) vaccinés à la naissance pour s’assurer de l’absence d’infection du nourrisson par le virus de l’hépatite B et de la protection à long terme.
  • La consultation peut être l’occasion de proposer un rattrapage vaccinal à l’enfant non vacciné. Un schéma de vaccination accéléré avec injection à 0, 1 et 2 mois pourra être proposé avec le vaccin Engerix B10 chez les enfants jusqu’à 15 ans inclus, et le vaccin Engerix B 20 de 16 à 17 ans inclus (un autre schéma accéléré, J0-J7-J21-M12 étant recommandé chez l’adulte). Dans ces cas, une quatrième dose doit être administrée au 12e mois pour assurer une protection à long terme. Un dépistage prévaccinal (Ag HBs, Ac anti-HBs, Ac anti-HBc) sera proposé en fonction du contexte.

1.1.2. Autres vaccins inclus dans le calendrier vaccinal

– Tuberculose

Le BCG (Vaccin BCG AJ Vaccines) est indiqué chez l’enfant se rendant plus d’un mois dans un pays à haut risque (incidence > 40/100.000 habitants) :

  • le continent africain dans son ensemble ;
  • le continent asiatique dans son ensemble, à l’exception du Japon ; l’Océanie, à l’exception de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de Samoa et de Tonga ;
  • le Proche-Orient et le Moyen-Orient, à l’exception de Chypre, des Émirats arabes unis, d’Israël, de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et d’Oman ;
  • l’Amérique centrale et du Sud et les Caraïbes, à l’exception d’Antigua et Barbuda, de la Barbade, des Bermudes, de Bonaire, de Cuba, du Costa Rica, de Curaçao, des Îles Vierges et Caïman, de la Jamaïque et de Porto-Rico ;
  • les pays d’Europe centrale et orientale incluant la Fédération de Russie et l’Ukraine, à l’exception de la Grèce, la Hongrie, la Croatie, la Slovaquie, la Slovénie et la Tchéquie ;
  • le Groenland (en Europe du Nord).

Il est également recommandé chez l’enfant se rendant plus d’un mois à Mayotte ou en Guyane.

Il peut être administré à partir de l’âge de 1 mois et jusqu’à 15 ans. Après l’âge de 6 ans, il doit être précédé d’un test tuberculinique. Il n’est plus indiqué de pratiquer une intradermoréaction (IDR) à la tuberculine préalablement à la vaccination pour les enfants de moins de 6 ans, à l’exception de ceux ayant résidé ou effectué un séjour de plus d’un mois dans un pays de forte incidence de la tuberculose. La vaccination ne s’applique qu’aux personnes ayant une intradermoréaction à la tuberculine négative.

Le vaccin est disponible exclusivement dans les centres de vaccination, les services de PMI et les Centres de lutte antituberculeuse, ce qui peut être à l’origine de délais de rendez-vous importants. Il est à administrer 6 à 8 semaines avant le départ.

Il est contre-indiqué en cas d’immunodépression, y compris chez les nourrissons exposés à un traitement immunosuppresseur in utero ou lors de l’allaitement, ou de dermatose infectieuse généralisée, ainsi que chez les patients infectés par le VIH, quel que soit le nombre de lymphocytes CD4.

Il est recommandé de n’effectuer aucune autre vaccination dans le bras utilisé pour la vaccination BCG pendant au moins trois mois en raison du risque de lymphadénite régionale.

– Grippe saisonnière

La vaccination est recommandée pour toutes les enfants ciblés par les recommandations du calendrier des vaccinations en vigueur à partir de l’âge de 6 mois.

Les enfants de moins de 9 ans n’ayant pas été vaccinés auparavant avec un vaccin grippal saisonnier doivent bénéficier d’une seconde dose de 0,5 mL administrée après un intervalle d’au moins 4 semaines. La vaccination est à renouvelée chaque année.

Le vaccin sera adapté à l’hémisphère sud, sauf pour Mayotte, en cas de séjour dans cette zone. Il n’est à ce jour disponible d’avril à septembre que par une procédure d’importation sur demande d’autorisation. En cas de séjour à Mayotte entre les mois de septembre et de janvier de l’année suivante, la vaccination sera pratiquée avec les mêmes vaccins que dans l’hémisphère nord.

– Covid 19

En l’absence de contre-indication, la primo-vaccination est possible à partir de l’âge de 5 ans depuis le 22 décembre 2021, et depuis le 24 janvier 2022, toute personne âgée de plus de 12 ans est éligible à un premier rappel vaccinal.

Chaque État a défini ses propres conditions d’entrée et de séjour qui sont détaillées sur le site France Diplomatie du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

1.1.3. Vaccins non inclus dans le calendrier vaccinal 2022

En accord avec les recommandations de la HAS, les nourrissons de moins de 6 mois, voyageurs ou non, doivent être vaccinés contre les infections à rotavirus (vaccins Rotarix® et Rotateq®). 

1.2. Vaccins du voyage (Tableau I)

1.2.1. Encéphalite à tiques

Indications : la vaccination contre l’encéphalite à tiques (Ticovac enfant, Ticovac adulte, Encepur) est à proposer à partir de l’âge de 1 an pour les enfants devant séjourner en zone rurale ou boisée dans les régions d’endémie (zone tempérée de l’hémisphère nord) jusqu’à 1 500 mètres d’altitude, du printemps à l’automne, et chez l’enfant expatrié.

  • Elle est recommandée en cas de séjour en Allemagne (länder du sud du pays : Bavière, Bade-Würtenberg, Thuringe, Saxe, Sarre, Rhénanie-Palatinat, Hesse et Basse Saxe), Autriche, Estonie (ouest du pays), Finlande (régions côtières et archipels au sud du pays), Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Russie occidentale, Slovaquie (nord et centre du pays), Slovénie, Suède (sud du pays) ou Suisse (hormis les cantons du Tessin et de Genève) ;
  • Elle est à envisager au cas par cas en cas de voyage en Europe en Albanie, Arménie, Belgique, Biélorussie, Bosnie, Bulgarie, Croatie, Danemark, Hongrie, Italie, Kazakhstan, Macédoine, Moldavie, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie ou Ukraine, ou Hors Europe en Chine (Nord-Est et Nord-Ouest), Corée du Sud, Japon, Kirghizstan, Mongolie ou Russie orientale.

Contre-indications : hypersensibilité sévère aux protéines d’œuf et de poulet.

1.2.2. Encéphalite japonaise

Indications: la vaccination (vaccin Ixiaro) est recommandée pour les enfants de plus de 2 mois voyageant dans un pays où existe une transmission de l’encéphalite japonaise (liste des pays disponible dans les Recommandations sanitaires pour les voyageurs) en cas :

  • d’exposition au risque (en particulier en période de mousson, d’activités extérieures ou de nuitées à la campagne): séjour (quelle qu’en soit la durée) dans une zone où l’irrigation par inondation est pratiquée (rizières), séjour à proximité d’élevages de porcs, séjour en période d’épidémie (ou de circulation accrue du virus chez l’animal) ou ;
  • d’expatriation dans un pays situé dans la zone de circulation du virus.

La 2éme dose vaccinale, indiquée uniquement à J28 chez l’enfant, doit être administrée au minimum 7 jours avant le séjour en zone à risque.

1.2.3. Fièvre jaune

Indications : la vaccination contre la fièvre jaune (vaccin Stamaril) est indispensable à partir de l’âge de 9 mois (qu’elle soit obligatoire ou non) pour un séjour dans une zone endémique (régions intertropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud) ou épidémique, même en l’absence d’obligation administrative (liste des pays disponible dans les Recommandations sanitaires pour les voyageurs).

Elle peut être effectuée dès l’âge de 6 mois si le nourrisson doit séjourner en milieu rural ou en forêt, en zone endémique ou si une épidémie sévit dans la région visitée.

Cette vaccination se fait exclusivement dans des centres habilités ;  elle est attestée par la délivrance d’un Certificat international de vaccination. Le vaccin doit être fait au moins 10 jours avant le départ.

Contre-indication : le vaccin est contre-indiqué : 

  • en cas d’hypersensibilité aux œufs ou aux protéines de poulet (la vaccination est possible en milieu allergologique) ;
  • chez l’enfant d’âge inférieur à 6 mois ;
  • chez la femme allaitant un nourrisson de moins de 6 mois ;
  • chez l’immunodéprimé (Tableau 2).

Si le voyage est maintenu, un certificat de contre-indication doit être délivré par le médecin d’un centre de vaccinations internationales, ou par le médecin traitant.

La co-administration des vaccins amaril et ROR à éviter. Il est préférable de respecter un délai minimum d’un mois entre les vaccins amaril et ROR (quel que soit l’ordre d’administration). Cependant, en cas de départ imminent en zone d’endémie amarile, les vaccins amaril et ROR peuvent être administrés à n’importe quel intervalle, y compris simultanément dans des sites d’injection différents).

1.2.4. Hépatite A

Indications : la vaccination est recommandée à partir de l’âge de 1 an pour tous les voyageurs devant séjourner dans un pays où le niveau d’hygiène est faible, quelles que soient les conditions du séjour. Elle est particulièrement recommandée chez les personnes souffrant d’une maladie chronique du foie ou de mucoviscidose.

Plusieurs vaccins monovalents (Havrix 720®, Havrix 1440®, Avaxim 80®, Avaxim 160®) ou combinés (Twinrix® adulte, Tyavax®) sont disponibles. Les schémas de vaccination sont détaillés dans le Tableau 1.

1.2.5. Fièvre typhoïde

Indications : la vaccination contre la fièvre typhoïde est recommandée pour l’enfant voyageur de 2 ans et plus devant effectuer un séjour dans des pays où le niveau d’hygiène est faible et la maladie endémique, particulièrement dans le sous-continent indien et l’Asie du Sud-Est, en cas de :

  • séjour prolongé (plus de un mois, expatriation) ou,
  • dans des conditions précaires ou,
  • en cas de maladie chronique.

La vaccination doit être réalisée quinze jours avant le départ en voyage. L’efficacité est évaluée entre 50-65 % et dure trois ans. Une vaccination combinée typhoïde-hépatite A est possible à partir de 15 ans révolus.

La vaccination n’est pas indispensable en cas de voyage court, dans de bonnes conditions, chez un enfant en bonne santé.  

Un vaccin monovalent (Typhim VI®) et un vaccin combiné (Tyavax®) sont disponibles. Les schémas de vaccination sont détaillés dans le ableau 1.

1.2.6. Infections invasives à méningocoques

Indications : la vaccination avec un vaccin méningococcique tétravalent conjugué A, C, Y, W est recommandée aux enfants à partir de l’âge de 2 mois se rendant dans une zone d’endémie, notamment la « ceinture de la méningite de Lapeyssonnie » en Afrique subsaharienne (zones de savane et Sahel, d’ouest en est, du Sénégal à l’Éthiopie) en période à risque (saison sèche de décembre à mai), ou dans toute autre zone où sévit une épidémie, dans des conditions de contact étroit et prolongé avec la population locale.

La vaccination par le vaccin méningococcique tétravalent A, C, Y, W est obligatoire pour l’obtention du visa pour le pèlerinage en Arabie saoudite ; elle doit être attestée par le Certificat international de vaccination. La durée de validité administrative de la vaccination par ce vaccin est de cinq ans si un vaccin conjugué est utilisé, à condition de préciser la nature de ce vaccin sur le CIV ; faute de cette mention, la durée de validité du certificat est de 3 ans.

Trois vaccins combinés conjugués  (Nimenrix®, Menquadfi®, Menveo®) sont disponibles. Les schémas de vaccination sont détaillés dans le Tableau 1.

1.2.7. Poliomyélite

En raison de la circulation de poliovirus sauvages et dérivés d’une souche vaccinale dans plusieurs pays d’Afrique et d’Asie, l’OMS a émis depuis 2014 des recommandations temporaires révisées tous les trois mois visant à réduire le risque de propagation internationale de ces virus. Ces recommandations toujours en vigueur s’appliquent à tout visiteur qui passe plus de quatre semaines dans un pays infecté par la polio.

Indications pour un séjour de moins de quatre semaines dans un des pays infectés par les virus polio :

L’enfant voyageur se rendant dans un pays où la polio est endémique doit satisfaire aux recommandations du calendrier vaccinal français. Les vaccinations antipoliomyélitiques incomplètes doivent être complétées. Il parait cohérent de contre-indiquer le séjour en l’absence de schéma de primovaccination complet.

En 2014, le HCSP avait émis des recommandations spécifiques applicables dans ce cadre, mais elles n’ont pas été reprises dans les dernières recommandations sanitaires pour les voyageurs émises par cette même institution.

Dans ce cadre, les Centers for Diseases Control and Prevention recommandent que tous les nourrissons et les enfants soient vaccinés contre la polio avec quatre doses du vaccin inactivé avant le départ. Un schéma de vaccination accélérée peut être utilisé en cas de besoin selon le schéma suivant : une première dose à l’âge de 6 semaines ou plus, une deuxième dose 4 semaines ou plus après la première dose, une troisième dose 4 semaines ou plus après la deuxième dose et une quatrième dose 6 mois ou plus après la troisième dose. Les enfants qui terminent le programme accéléré doivent encore recevoir une dose de vaccin inactivé contre la polio à l’âge de 4 ans ou plus, à condition qu’il se soit écoulé au moins 6 mois après la dose précédente.

Indications pour un projet de séjour de plus de quatre semaines ou d’expatriation dans un des pays infectés par les virus polio :

Les recommandations vaccinales préconisées dans ce cadre ont pour objectif d’éviter la dissémination de poliovirus au retour dans un pays où ces virus ne circulent pas.  La vaccination assurera une immunité de la muqueuse intestinale qui empêchera le portage asymptomatique du poliovirus, qui devient possible quand la vaccination par le vaccin injectable (forme inactivée) date de plus de douze mois.

En conséquence, une dose de rappel d’un vaccin contenant la valence polio est recommandée chez l’enfant voyageur séjournant plus de 4 semaines dans un pays à risque. Ce rappel devra avoir été administré de telle sorte qu’au moment du retour son administration date de plus de 4 semaines (délai d’immunisation) et de moins de 12 mois (durée d’efficacité).

Par conséquent,

  • en cas de séjour d’une durée inférieure à 12 mois, ce rappel sera administré avant le départ, idéalement 4 semaines avant celui-ci ;
  • en cas de séjour d’une durée supérieur à un an, le rappel sera administré dans le pays de séjour, et ce plus de 4 semaines (délai d’immunisation) et moins de 12 mois avant le retour.

Un vaccin polio inactivé trivalent non combiné (Imovax Polio®) peut être utilisé chez les enfants à jour de leur vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

Il est recommandé que les rappels de vaccin polio administrés soient mentionnés sur le certificat de vaccination internationale de l’OMS.

1.2.8. Rage

L’enfant est plus exposé aux morsures d’animaux que l’adulte. Pour les zones à risque (Asie, Afrique y compris l’Afrique du Nord, Amérique du Sud), surtout pour en cas d’expatriation ou de voyage dans des conditions précaires, la vaccination préventive dite pré exposition (PrEP) est recommandée chez les jeunes enfants dès qu’ils marchent.

Deux vaccins (Vaccin rabique Pasteur®, Rabipur®) sont disponibles. Les schémas de vaccination sont détaillés dans le Tableau 1.


2. DÉPART IMMINENT

Le voyageur pressé (départ dans un délai inférieur à un mois) sera confronté à plusieurs facteurs limitants si un protocole vaccinal complexe est recommandé : administration simultanée maximale de 4 vaccins par séance, interdiction de mélanger des vaccins différents dans la même seringue, rareté des schémas accélérés (encéphalite à tiques, hépatite B) ou raccourcis (rage exclusivement) validés chez l’enfant… 

Les risques seront alors hiérarchisés afin d’identifier les vaccins à administrer impérativement avant le départ. 

3. ENFANT IMMUNODEPRIME

Une consultation avec le spécialiste référent ou un centre de vaccinations internationales et de conseils aux voyageurs est souhaitable avant le départ, pour adapter la prévention vaccinale. Le HCSP a publié un guide de la vaccination des personnes immunodéprimées et le groupe d’experts chargé des recommandations de prise en charge des personnes vivant avec le VIH a précisé la liste des vaccinations qui leur sont recommandées.

Globalement, tous les vaccins inactivés sont fortement recommandés, surtout lorsqu’il existe une immunodépression due à la maladie (hémopathie, cancer, infection à VIH…) ou au traitement (biothérapie, chimiothérapie…). Il peut être nécessaire de faire un contrôle des anticorps vaccinaux (tétanos, hépatites A et B…) pour orienter la décision de faire ou non un rappel vaccinal.

Tous les vaccins viraux vivants sont contre-indiqués, y compris le vaccin ROR et le vaccin amaril. Selon les pathologies ou traitements en cause, il existe des recommandations concernant les contre-indications définitives ou temporaires (délai à respecter) à l’administration des vaccins ROR et amaril (Tableau 2).

L’interrogatoire de la mère est important car la prise d’immunosuppresseurs au cours de la grossesse ou en période d’allaitement peut être à l’origine de contre-indications vaccinales parfois prolongées chez l’enfant (exemple : traitement par infliximab).

La vaccination des sujets contacts qui voyagent avec l’enfant est importante pour éviter la transmission intrafamiliale de certaines maladies infectieuses. 

4. ENFANT ATTEINT D’UNE MALADIE CHRONIQUE

Chez l’enfant atteint d’une maladie chronique sans immunodépression (asthme, diabète…), tous les vaccins peuvent être administrés comme chez l’enfant en bonne santé.

Des recommandations vaccinales s’appliquent en fonction de la maladie. Par exemple, il est recommandé de vacciner les enfants présentant une asplénie anatomique ou fonctionnelle (drépanocytose) contre les méningocoques B et A-C-W-Y, Haemophilus influenzae type b, le pneumocoque (avec un schéma renforcé M2-M3-M4-M11 chez le nourrisson) et la grippe à partir de l’âge de 6 mois. L’audit vaccinal personnalisé de MesVaccins peut être utilisé pour obtenir ces recommandations.

5. REFERENCES

  1. Ministère de la santé. Calendrier vaccinal 2022.
  2. Ministère de la santé. Recommandations sanitaires pour les voyageurs 2022.
  3. Organisation mondiale de la santé. Situation de la poliomyélite dans le monde.
  4. Haute Autorité de santé. Recommandation vaccinale contre les infections à rotavirus – Révision de la stratégie vaccinale et détermination de la place des vaccins Rotarix et RotaTeq.
  5. Haut Conseil de la santé publique. Avis relatif à la vaccination de rappel contre la poliomyélite pour certains voyageurs dans le contexte actuel d’urgence sanitaire décrétée par l’OMS.
  6. Rapport sur les vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : recommandations.

#point #sur #vaccination #lenfant #voyageur #e..

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button